3 rue Albert Jacquemin 88120 VAGNEY
  • Tél: 03 29 24 70 22
Click & collect
Vente en ligne

Avis de nos clients

Livraison et paiement

LE TEMPS DES FOINS PARFUMÉS - DVD - LE CHIQUITO MAISON DE LA PRESSE  - Voir en grand
LE TEMPS DES FOINS PARFUMÉS - DVD - LE CHIQUITO MAISON DE LA PRESSE
Jaquette DVD N°4.jpg
20,00€ TTC
- +
  • Quantité nette : 1 pièce, soit 20€/pièce
  • Poids (g) : 90,000
  • Condition : Neuf
Note moyenne
Click & collect gratuit
Livraison : 5,90 €
  • 1996 - durée 30 mn

    Voici revenu le temps des graminées et de l’or des champs de blé, celui de la Saint Jean au Valtin et de sa procession au Rudlin.

    Symphonie de couleurs et de bonheur calme.

                    Au petit matin, pendant que là-haut, sur la dernière neige les jeunes chamois s’élancent et glissent en d’invraisemblables cabrioles, tout en bas, au fond des vallées l’immuable labeur des petits agriculteurs si contraignant impose le travail à l’étable avant la fenaison et bientôt la moisson.

                    A la saison des foins parfumés, dans ces gestes traditionnels et maintenant rares, dans ces travaux rudes et tranquilles chaque année recommencés, dans la poésie de ces images splendides, ne percevez-vous pas une senteur d’éternité ?   Jean Durand

     

    BONUS : UN BERGER DANS LA MONTAGNE

    1994 - durée 16 mn

    En 1976, année de grande sécheresse où l’herbe dans la plaine fit défaut, André découvrit les pâturages odorants des sommets Vosgiens. Pour lui, ce fut un enchantement. Dès lors, chaque année, comme les touristes, les brebis prirent leur quartier d’été sur les pentes du Hohneck. Elles descendent du camion  comme eux des autocars, sur la route des Crêtes.  Cette marée ondulante de croupes laineuses qui monte sur les Hautes-Chaumes est un spectacle très beau.

                    Avec son chien, notre berger veille et les surveille, contemplant dans sa solitude ces paysages grandioses. Cette existence de silence n’est troublée que par le furtif passage d’un chamois, la brève rencontre  de quelques randonneurs ou le spectacle coloré d’un parapente.

                    C’est pour lui le bonheur des aubes lumineuses,  et du timide soleil automnal déjà ouaté de brume fraîche.

                    A la mi-octobre, quand les premiers flocons se posent sur le gazon d’altitude, il faut songer à redescendre. Alors André dirige son troupeau vers la Combe et Le Valtin. Aux habitants étonnés, aux enfants enthousiastes des vallées, son passage annonce l’hiver proche.

                    Mais André le berger ne reviendra plus. Vous assistez à la dernière transhumance.                                  

                    Qui, désormais, va perpétuer cette tradition millénaire?  Jean Durand